Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 17:39

 

Inédit les 20,21,22 mars: Mariotto-Lamazères

 

Calamity affiche

 ″

J

e cherchais des échanges épistolaires destinés à une lecture publique à deux voix quand j’ai découvert les lettres de Calamity Jane à sa fille. J'ai tout de suite eu envie de faire quelque chose de ce texte, une lecture à une seule voix, mais accompagnée de musique. Le nom de Greg Lamazères  que je connaissais comme un harmoniciste de grand talent m'est apparu comme une évidence...Ce spectacle sera une lecture musicale sans costume, sans décor, avec juste la voix et la musique, improvisée en très grande partie, pour laisser le champ libre aux imaginaires des spectateurs. Calamity Jane est tiraillée entre l’amour maternel et  la soif d'indépendance:la «femme cowboy» en prise avec ses remords de mère abandonnante. On est surpris par le contraste entre sa vie quotidienne et ses réflexions intimes,ainsi elle écrit:

"Je me demande souvent dans quelles mains ces pages finiront par tomber. Je veux

croire que tu seras cette personne un jour après que je serai partie. Je l'espère car

c'est toi que j'aime, Janey. Il ne me reste plus personne sur la terre à part toi.

Je m'endors chaque nuit avec ta photo serrée contre mes lèvres. Oh si seulement

je pouvais t'avoir la nuit tombée pour une heure aux côtés des feux de camp afin

de briser cette solitude. Si seulement je pouvais te prendre dans mes bras.

Je médite dans une couverture auprès de mon feu de camp, guettant loups et coyotes,

mes chevaux veillent tout proches et je m'endors en priant Dieu de me laisser vivre

assez longtemps pour te revoir encore une fois."

 

" J’ai eu du spectacle, aujourd’hui. Il y avait un certain nombre d’indiens cheyennes à

quelque distance de la diligence. J’ai mis pied à terre et ai trouvé les « démons » qui

coupaient les langues des bêtes en liberté. J’ai fait la seule chose possible :

je leur ai foncé dessus. « Langues de vache bonnes »,c’est tout ce qu’ils savaient dire.

Les malheureux animaux saignaient à mort. Je me suis mise dans une telle fureur que

j’ai tiré mon pistolet et les ai enfermés dans la diligence et les ai emmenés à Deadwood.

J’ai aussi emporté les langues comme pièces à conviction." 

Ces lettres ont fait l’objet de recherches,mais aussi de polémiques,leur authenticité et l’identité de leur auteure sont largement discutées.

Elles développent un questionnement toujours actuel sur la part de féminité de celle qui vécut comme un homme à l’époque où les différences de genre étaient encore plus marquées qu’aujourd’hui.

L’auteure, qui qu’elle soit, a tenté de modifier l’image de Calamity Jane, de la rendre plus humaine, qu’elle ne soit plus une femme de fiction mais une vraie femme, sensible, pleine de contradictions, qui nous touche. »

 Corinne MARIOTTO

 Lettres a sa fille ©Venise (3) bis-copie-1

Pilier de la compagnie des Vagabonds, elle joue dès 1993 dans chaque création, sous la direction de Francis Azéma. Elle travaille également sous la direction d'autres metteurs en scène comme Maurice Sarrazin, René Gouzenne, Patrick Séraudie, Jean-Claude Bastos, Jean-Pierre Beauredon, François Fehner, Sébastien Bournac, Catherine Vaniscotte ou Eric Vanelle.

"Les règles du savoir-vivre dans la société moderne" de Lagarce, l'amène sur des scènes aussi diversesque la Cave Poésie, le Théâtre du Pont Neuf, ou encore le Théâtre Ivan Vazovde Sofia, en Bulgarie. Ce spectacle,qui rencontre un succès certain, est en tournée depuis huit ans. 

Son  interprétation dans "La musica deuxième" de Marguerite Duras lui vaut les éloges de toute la presse.

Elle joue dans " Adieu Monsieur Tchekhov ", " Tartuffe, peut-être.. ", " Outrage au public " de Handke ,         "Les Justes" de Camus, "La mouette" de Tchekhov","Derniers remords avant l'oubli" de Jean-Luc Lagarce. "Les amours inutiles" de Maupassant,"Andromaque"  mise en scène par Francis Azéma, le rôle de la mère dans "Le nom" et dans "Visites", pièces du cycle Jon Fosse,et Madame Lepic dans « Poil de Carotte » de Jules Renard. Dans le cycle de créations «Noir/lumière» elle joue de multiples personnages des pièces "Bérénice", "Tartuffe" et "Dom Juan".

Femme de théâtre, Corinne Mariotto participe également à quelques courts et longs métrages pour le cinéma et la télévision. En 2010, elle interprète le rôle principal dans un court métrage avec l'acteur Michel Boujenah.

En 1993, elle participe à la fondation du Grenier Théâtre. Elle est également responsable pendant sept ans de la programmation jeune public « Les p’titscailloux » au Théâtre du Pavé.

 Greg LAMAZERES      

Joueur d'harmonica dès 1982 au sein de groupes de blues et de duos variés comme Blues Station et Mao & Dude, avec le légendaire groupe country-punk Outsiders et sa propre formation Fool For Love il est également chanteur, guitariste et compositeur inspirée par le rock américain de Springsteen, Hiatt et petty.

 Il participe aux albums des rockers Shifters et Slow Slushy boys, plus récemment de Tony Marcos .

On le retrouve dans de nombreux concerts et festivals et depuis 2004 sur trois albums avec le groupe de blues-rock Eric La Valette Band; deux saisons comme harmoniciste,vocaliste et guitariste avec le Duo FacteurCheval, poésie & musiques.

Depuis 2011, il a participé à plus de 60 concerts, à deux albums à l'harmonica, au dobro et aux guitares avec le chanteur folk-blues Jefferson Noizet et réalisé des performances solo, boucles, instruments et voix, autour de certains de ses propres romans ("Bluesman"). 

Actuellement Greg Lamazères prépare un album d'harmonicas sur des rythmes du monde et un album de folk-rock & Americana avec Corinne, pour improviser en direct la bande-son des Lettres de Calamity Jane:il jouera du dobro, dreadnought, telecaster et de toutes sortes d'harmonicas.

 

Réservations:

vendredi 20 mars 2015, accueil 19h, spectacle à 19h30

chez Anne et Bernard CASTETS

930 Route du Hayoula

40500 AURICE

Tél. : 06 81 56 72 71

 

samedi 21 mars, 2015, accueil 19h, spectacle à 19h30, et après.. partageons nos petits plats.

chez Florence VAUCHEL

170 rue Henri II

40500 MONTAUT

Tél. : 05 58 75 53 29 / 06 14 90 22 20

 

dimanche 22 mars, 2015, accueil 17h30, spectacle 18h, et après..partageons..

chez Sibylle DE LAAGE et Georges PILAERT

1116 route Raphaël Lonne

40380 MONTFORT-EN-CHALOSSE

Tél. : 05 58 98 69 74

 

 

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:44

 

Atelier de lecture à haute voix

à Mont-de-Marsan

  les samedi 28 et dimanche 29 mars

 

 

Paula de Oliveira, comédienne et formatrice, conduira cet atelier:

 une note d’intention, ci-dessous, vous informe du contenu et de l’organisation de ces jours de travail.


 

Lieu :                                 Le Cercle des citoyens,

 7 rue du Maréchal Bosquet

     40 000 Mont-de-Marsan

 

Horaires :                         10h à 13 h et 14h30 à 18h30

 

Tarif :  120 Euros .  Prise en charge possible au titre de la formation professionnelle.

 

Inscription : il vous suffit de faire parvenir un acompte de 30 euros à :

  La scène déménage, Françoise Bourgon, 556 chemin d’Arcet  40500  Montaut                                                                                                                 

 

 Plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter 07 51 05 27 15.

Si vous aviez une impossibilité à cette date, mais que vous souhaitiez rejoindre un autre groupe ultérieurement, merci de bien vouloir nous le signaler, nous vous contacterons de nouveau lors d’une prochaine session.

 

Lecture à haute voix, mode d’emploi 

Nous nous retrouverons pour travailler deux jours ( samedi et dimanche ), chacun

découpé en une séance du matin, et une de l’après-midi : de 10h00 à13h, puis de

14h30 à 18h30.

C’est un travail qui demande une concentration suffisamment intense pour ne

pas enchaîner les heures sans une pause-déjeuner détendue... et substantielle.

Il est possible à chacun d’emmener sur place son repas, ou d’aller se restaurer à

l’extérieur le samedi (le dimanche, les possibilités de restauration en ville sont

minces). Souvent, rester  ensemble nous permet de continuer notre exploration de

façon informelle et plaisante. Mais ce n’est pas une obligation.

Nous ne serons pas plus d’une dizaine : pas trop nombreux pour que le temps soit

laissé à chacun d’explorer sa propre voix, mais suffisamment pour créer la tension

d’écoute, la chambre d’écho d’un auditoire.

Je demande à chacun-e d’amener un texte littéraire de son choix. Nous ne

chercherons pas à comparer l’originalité ou de la subtilité de nos choix. Il s’agit

avant tout pour chacun de pouvoir « s’appuyer » sur un texte avec lequel il se sent

suffisamment d’affinités électives pour tenter de le faire entendre.

Il n’y a donc aucun registre à exclure. Je peux juste vous suggérer d’éviter les

textes très dialogués et le théâtre, en tout cas tout ce qui se rapprocherait d’une

langue très « parlée » qui risquerait de complexifier trop tôt notre approche par des

problématiques d’ interprétation.

Je me charge quant à moi d’amener certains textes qui nous permettront d’une part

d’explorer certaines difficultés techniques, d’autre part de « déplacer » chacun d’un

territoire trop familier.

Nous tenterons ainsi d’explorer comment les liens intimes que nous entretenons

avec notre langue doivent être mêlés à la conscience de son irréductible étrangeté

quand nous tentons de la faire entendre.

J’en profite pour vous dire que toutes nos « particularités » — physiques,

psychiques, langagières —, toutes nos retenues, pudeurs, bref, tout ce qui constitue

la singularité de chacun, recèle précisément nos plus belles capacités d’expression

voire même de séduction. Il ne s’agit pas de trouver une voix « normée », il s’agit de

rendre audible la voix singulière de chacun.

S’il n’existe pas à mon sens de « trucs » — qui deviennent vite des « tics » — il

existe bien un travail du corps et de la voix dans l’espace : on lit aussi avec les

pieds, c’est-à-dire avec la posture, qui détermine le souffle.

L’écoute attentive de ses propres rythmes de respiration et de phrasé, le placement

du corps, du souffle, de la voix : tout cela suppose d’explorer ses propres mesures

(le trop / le pas-assez, le murmure/l’articulation, l’immobilité/ le mouvement, la

proximité / l’éloignement) dans un espace,  et de développer en quelque sorte

l’attention « incarnée » de notre parole au cercle de l’auditoire.

 Mais c’est bien l’exploration orale de la complexité littéraire d’un texte qui nous

permet de travailler à relier sons et sens, exploration langagière et traduction

sensible. Plus un texte est riche de sens, plus son articulation orale déploie nos

ressources d’expression et d’interprétation.

C’est ces aller-retour constants entre sons et sens qui nous déplient et nous

articulent, et nous rendent audibles.

J’espère que ces deux jours permettront à chacun de repartir avec quelques

repères personnels, quelques indices intérieurs, d’entendre quelque chose de sa

propre singularité langagière et de s’ouvrir à cette exploration, si riche de

résonances, que constitue la lecture, à voix haute, d’un texte écrit, à l’attention d’un

autre que soi-même.

Paula de Oliveira.

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 07:08

 

La Frontière de Pascal Quignard, lue par Paula de Oliveira


Jeudi 29 janvier, 18h30 à l'auditorium

 

 

6a00d8341cd00753ef017d41648180970c

 

 

Le palais de la Fronteira, construit en 1665 près de Lisbonne, abrite un ensemble foisonnant de céramiques peintes -azulejos- qui ont inspiré à l'auteur ce récit brûlant dans lequel Eros prend le masque violent de la vengeance:

 " l'homme est perdu dans ses désirs comme nos caravelles dans les mondes nouveaux ".

 

 

La voix ou le corps du texte, conférence de Paula de Oliveira


Samedi 31 janvier, 14h30 à l'auditorium

 

" J'étais cet enfant que le silence a passionné ": peut-on, comme le saumon évoqué par Pascal Quignard, remonter à la source muette du texte? Peut-on incarner " la voix muette de l'écriture " ? Finalement peut-on lire à voix haute? A la croisée du souffle, du corps et de la littérature, une restitution passionnante du " métier de lire " et de ce qui nous " engage " lorsque nous lisons. 


Partager cet article

Repost0
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 17:25

Besoin de lumière ?

De chaleur ?

Besoin d’être éblouis à nouveau ?!??!?

La Scène Déménage a ce qu’il vous faut !

De quoi bousculer nos léthargies, débrider nos sens, renverser l'automne qui arrive...

 

Orlando trio-1

 

Orlando Trio

« King Kong Power »

Aïda Sanchez : chant, piano
Christelle Boizanté : chant, percussions
Frédéric Marchand : chant, accordéon, piano

 

Sous ce nom inspiré d’un roman de Virginia Woolf, se cachent des personnalités volcaniques, qui échangent volontiers rôles, instruments et places devant le micro. Avec une complicité qui fait plaisir à voir, il et elles aiment jouer entre théâtre et chansons. Ils boxent, caressent, se lâchent avec réserve, se retiennent avec fureur et même parfois l’inverse...

En écoutant Orlando, on se délecte de ses chansons citoyennes ou gourmandes, aux saveurs sucrées, salées, poivrées... En voyant Orlando, on se régale tout autant. Les trois chanteurs-musiciens qui sont aussi auteurs-compositeurs, ont une aptitude naturelle à faire de leur concert un véritable spectacle. Leur goût immodéré pour jouer la comédie en fait des artistes jonglant avec les mots, les notes et les regards, en équilibre parfaitement harmonieux entre le chant, la musique et le théâtre. Avec Orlando, la scène est une boîte magique de laquelle tout peut jaillir à tout instant. Un tableau animé qui se dessine en transparence sur des «chansons rosses et jubilatoires».

Orlando trio-2 

 

« La folie et les tendresses des trois voix d’Orlando : un grand moment de chanson » (Le Monde)

 

« Orlando, c’est du vrai cabaret, les artistes se repassent le micro comme des acrobates voltigeurs le trapèze volant. Il y a longtemps que la chanson ne nous avait pas offert une aussi jolie surprise » (France-Culture)

(sur internet : orlandoletrio.com)

 

 

Dates et lieux : 

 

Vendredi 26 septembre 2014

19h : pique-nique (grignotage de vos petits plats)

21h : spectacle


chez Dominique Hanquiez

La Roseraie

3 rue Bellocq 40500 Saint-Sever

Tél. : 05 58 76 24 42 ou 06 84 21 23 67


Tarif : 12€, adhérents à la Scène Déménage : 10€. Gratuit - de 12 ans.

Réservation absolument nécessaire aux numéros ci-dessus ou à La Scène Déménage : 05 40 16 04 10

 

 

Samedi 27 septembre 2014

20h30 : spectacle

salle culturelle (près de la Poste)

Villeneuve de Marsan

Spectacle proposé par la commune de Villeneuve de Marsan

 

Orlando trio-4

Partager cet article

Repost0
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 10:19

A vous tous,

Vous avez aimé la conférence de Corinne Mariotto dans les règles du savoir-vivre dans la société moderne ? 
Vous aimez Raymond Devos ?
La folle énergie ?
Les situations absurdes ?
Vous raffolez des biscuits secs?
Pas d'hésitation !
Le spectacle que nous vous proposons les 8, 9 et 10 août est pour vous. Il vous réjouira...

RENSEIGNEMENTS GENERAUX
de Serge Valetti, interprété par Laurent Joly

 

      2 ©Dominique Philiponska

 

 

Renseignement Généraux ou l’histoire d’une journée rocambolesque pendant laquelle Monsieur Ducout croisera une bille, des contrôleurs de train, une explosion, un homme tout petit qui le prendra pour son employeur, Monsieur Ravin et son frère qui a fait de l’aïkido, la police, Rozy, un chauffeur de taxi, un preneur d’otage (au coin de la rue), un radiateur, la mer, sa femme Lotte, un pauvre mec qui voulait lui rendre son portefeuille (qui n’était même pas à lui..), la seule vérité qu’il connaît, des galettes, Raymond Devos, toutes les choses qu’il fera, demain, comme si c’était possible...
  


Les dates, les lieux :

Vendredi 8 août 2014 : 895 chemin Mariolle chez Gilles et Sylvia

40380 MONTFORT-EN-CHALOSSE tél. 05.58.98.47.53 


Samedi 9 août 2014 : chez Annie et Thierry Bartholoméus

Mérille 40170 MEZOS tél. : 07.88.57.25.69 


Dimanche 10 août 2014 : chez Florence Vauchel

170 rue Henri II 40500 MONTAUT  tél. : 05 58 75 53 29

 

 

rendez-vous à partir de 19h30 avec votre pique-nique - 21h30 spectacle

buvette sur place

Spectacle : 12€, 10€ adhérents

Réservation aux n° indiqués ou à la Scène déménage : 05 40 16 04 10





 

 

 

Cet été la Scène déménage envahit vos jardins, vos parcs, vos maisons !

 Une hésitation sur la conduite à tenir en présence d'un people, d'un évêque, lors d'un baptême, d'un mariage, d'un enterrement ?...Venez, et vous saurez  désormais

quoi faire d'autrui dans les circonstances qui comptent.


 Les règles du savoir-vivre dans la société moderne

 de Jean-Luc Lagarce; mise en scène de Francis Azéma

 interprété par Corinne Mariotto

 

 

“Un spectacle subtil et réjouissant.” 

 

 Mariotto-joue-light.jpg

 

 

«Les règles du savoir-vivre dans la société moderne» de Jean-Luc Lagarce, nous entraîne jusqu’au vertige dans les us et coutumes de la «bonne société».

Une jeune conférencière (la piquante Corinne Mariotto), passe en revue avec classe et feinte légèreté l’interminable liste des règles à respecter dans les principales circonstances de la vie, accomplissant ainsi un véritable tour de force.

L’inventaire est si détaillé qu’on nage vite dans l’absurde, la satire intrinsèque et le ridicule.

On rit, on sourit, on s’égare à loisir dans les subtilités vertigineuses de l’étiquette qui, loin de n’être qu’un simple code de politesse, sert à masquer le calcul et le vide abyssal des coeurs, dissimulés derrière le masque des convenances.

Corinne Mariotto fagotée comme une demoiselle d’honneur complètement décalée, minaude à plaisir pour faire passer avec tact l’indigeste bréviaire, jusqu’au léger dérapage final qui la fait valser sur l’air de la Veuve Joyeuse quand elle évoque la «sortie progressive de l’état de veuvage». Un spectacle subtil et réjouissant.»

Annie Hennequin, La Dépêche du Midi    

 



Les rendez-vous : 

Jeudi 17 juillet à Montfort-en-Chalosse

Chez Michèle et Gabriel Durand, 88, allée de la Hourcade

Samedi 19 juillet à Goos

Chez Charlotte et Pierre de Castelbajac, 320, route de Siougos

Vous êtes attendus pour ces deux dates à partir de 20 heures avec votre pique-nique. Spectacle à 22 heures

Tarif plein : 12 euros
Tarif  adhérent : 10 euros

réservation indispensable :   pour le 17 au 05 58 98 69 49,
 pour le 19 au 05 58 98 68 71 ou auprès de La Scène Déménage : 05 40 16 04 10

...et plus tard dans l'été :


  • le 4 août à 21 heures, dans le cadre de la manifestation Marsan sur Scène : 
lecture à Gaillères (Etang de Massy) : La Dame de pique de Alexandre Pouchkine par Paula de Oliveira

 

 

 

paula rimbaud le fils 4


 

  • les 8, 9 et 10 août à Montfort en Chalosse, Mézos et Montaut :
théâtre :  Renseignements Généraux de Serge Valletti par Laurent Joly

Un personnage qui "s'adresse directement au public, ouvre des tiroirs d'histoires, qu'il ne referme jamais, laisse s'installer le désordre, le laisse s'accroître et jamais ne fera le ménage".

 

1-cDominique-Philiponska.jpg

 

 

Davantage d'informations auprès de : 


Partager cet article

Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 07:10

  image-tigre.jpeg

 

Le Tigre bleu de l'Euphrate

de Laurent Gaudé

lecture par Laurent Ogée

                                               

 

Alexandre va mourir. Après avoir battu le grand Darius, conquis Babylone et  Samarcande, après avoir construit des villes et fondé un immense empire, il est terrassé par la fièvre. Il ne lui reste que quelques heures à vivre.

Il ne tremble pas. Il contemple la mort et l'invite à s'approcher pour lui raconter lui-même ce que fut sa vie. Alexandre parle et la mort l'écoute. Le laissant revivre l'ivresse de son épopée et ressentir, une dernière fois, le désir. Celui de ne jamais interrompre sa course. De s'enfoncer toujours plus loin, dans des terres inconnues. Le désir de rester toujours fidèle à cette soif intérieure que rien ne peut étancher.

 

" Chapeau bas à la magie de l’écriture de Laurent Gaudé, si incroyablement théâtrale, capable de faire sentir les grands espaces, le vent, le sable, les rudes batailles, le fer contre la jeune chair, le sang qui coule, la verticale des murailles et l’étendue des terres… De raconter aussi les veillées auprès des compagnons d’armes, le désir qui consume et qui brûle, sans espoir d’apaisement, la beauté des corps d’hommes, leur présence au monde, leur humanité de chair et de sang… De nous parler des espaces rugueux au point qu’on a l’impression de les toucher, de l’humanité profonde de ces hommes rudes capables d’affronter les éléphants furieux comme de pleurer, inconsolables, un ennemi loyal élevé au rang de frère ou la terre si lointaine des ancêtres, que sans doute ils ne reverront plus..." (Trina Mounier)

 

 

 

l-ogee-recadre.jpg

 

Laurent Ogée

Comédien et metteur en scène.

Après une formation d'acteur à l'ENSATT (Rue Blanche) et au Conservatoire National d'Art Dramatique de Paris, il participe à de nombreux spectacles, notamment avec Daniel Girard, Claude Régy, Alain Marcel, Jean-Louis Thamin... Il a dernièrement joué dans le spectacle (Sans nom II) mis en scène par  Christophe Bergon Théâtre Garonne , Toulouse 2010, Théâtre Sorano, Toulouse 2012. En 1982, il met en scène Pas de Samuel Beckett, et a signé depuis une trentaine de réalisations théâtrales et musicales. En 2000, il rejoint Agathe Alexis et Alain Barsacq à la Comédie de Béthune CDN Nord-Pas de Calais, travaille à leurs côté durant deux saisons, puis s'installe à Roubaix. Il y a implanté sa compagnie Le Nouveau Comptoir afin de poursuivre son travail de création et de formation.


Jeudi 10 avril 2014 à 18h30 :

Médiathèque du Marsan (voir programme de la Médiathèque).


 

Vendredi 11 avril 2014 à 18h30 :

Chez Sibylle de Laage et Georges Pilaert
1116 rte Raphael Lonne

40380 MONTFORT EN CHALOSSE
 

Pour la soirée du vendredi 11, merci de réserver vos places au 05 58 98 69 74  ou au 05 40 16 04 10.

Comme à l'accoutumée dans le cadre des lectures à domicile, un partage de vos petits plats est proposé à l'issue de la lecture.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 11:12

 

 

Bartleby de Herman Melville

Lecture par Paula de Oliveira

Musée de la Chalosse

Montfort-en-Chalosse

 

 

      “Je préférerais ne pas” : telle est la réponse, invariable et d’une douceur irrévocable qu’oppose Bartleby, modeste commis aux écritures dans le cabinet d’un avoué de Wall Street, à toute demande qui lui est faite par son employeur. Cette résistance absolue, incompréhensible pour les autres, le conduira peu à peu à l’isolement le plus total.

  Ce texte bref, mais aux significations inépuisables, a exercé une fascination durable sur des écrivains et philosophes; Bartleby, figure de la passivité jusqu’à la perte de soi (M.Blanchot), figure révolutionnaire de la résistance passive en rupture avec la société traditionnelle (G.Deleuze), parangon du refus de l’autorité (T.Negri), nouvel Abraham dans la situation du "I would prefer not to" (J.Derrida)…

  On le voit, les commentaires  consacrés à Bartleby sont très divers, souvent contradictoires, parfois  éloignés du texte de Melville. Mais peut-on leur en faire reproche ? Le propre d’un grand texte littéraire n’est-il pas de survivre à son auteur, et de produire des effets remarquables dans sa postérité ? 

A l'aide d'une seule phrase Bartleby ouvre un trou béant dans le monde matériel, dans le monde supposé fermé du langage. Apparemment, seul Bartleby est capable de logique. Si nous rions, à la lecture de ce texte, c'est de son entourage, car de Bartleby, comment pourrions-nous rire?

d’après Bartleby, 4e de couv., éd. Mille et une nuits et Bartleby, le préféré des philosophes de Olivier Chelzen)


arton162

 

Le Rendez-vous:

 

Dimanche 16 mars 2014, 15h :
Musée de la Chalosse
480 chemin du Sala 40380 Montfort-en-Chalosse

Tél : 05 58 98 69 27

Tarif : 12€, 10€ adhérent (gratuit moins de 12 ans)

 

Réservation indispensable au numéro indiqué.


Après la lecture, "goûter" organisé en présence de la comédienne.

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 11:46
    Chers tous,

 La saison 2013-2014 de La scène déménage s'est ouverte, à la Médiathèque du Marsan, sur la remarquable lecture du " Bartleby " de Herman Melville par la comédienne Paula de Oliveira.
En décembre, avec " Léo 38 " nous vous invitons à une rencontre troublante, tant Monique Brun est dans la peau d'un Léo Ferré en confidence et à voix nue. 

  Dans l'impatience de vous accueillir,

      Celles et ceux qui déménagent.


Laissez-vous-en conter !

La lecture à voix haute attirant un public de plus en plus nombreux, Lsd développe cette voie qui lui tient à coeur, en collaboration avec les médiathèques:

  en janvier, Corinne Mariotto comédienne, a lu " La vie matérielle " de Marguerite Duras à la médiathèque du Marsan.
                                        
 en février, pour l'inauguration de la médiathèque d'Aire sur Adour, Paula de Oliveira comédienne, présentait sur le thème de " la lecture " des extraits de Richard Wright et de Luis Sepùlveda et le texte d'une conférence de Jorge Luis Borges.
 
Dans les prochaines semaines, faits d'hiver et rouleaux de printemps régalerons nos oreilles (sic...):

au musée de la Chalosse à Montfort, dimanche 16 mars, 15 heures:
"Bartleby " de Herman Melville, par Paula de Oliveira.

à la médiathèque de Mugron, jeudi 20 mars, 18h30, sur le thème " le polar ":
" La lettre volée " d' Edgar Allan Poe, par Paula de Oliveira.

à la médiathèque du Marsan, jeudi 10 avril, 18h30, sur le thème " le voyage ":
" Le tigre bleu de l'Euphrate " de Laurent Gaudé, par Laurent Ogée comédien.
 
Mailez, facebookez, parlez-en autour de vous!

      Ceux et celles, ... toujours dans l'impatience.

Partager cet article

Repost0

La Scène Déménage ?

Du théâtre professionnel et des lectures de textes littéraires par des compagnies et artistes professionnels dans les salons, cours et jardins de particuliers ou d'institutions choisies dans les Landes ou pas loin...

 

Des ateliers d'initiation à la lecture de textes littéraires à haute voix dans les Landes et à Paris,

 

La production de spectacles dans le cadre de résidences croisant les talents de professionnels engagés dans le projet artistique de l'association...

En savoir plus ?

Demandez le programme !