Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:44

 

Atelier de lecture à haute voix

à Mont-de-Marsan

  les samedi 28 et dimanche 29 mars

 

 

Paula de Oliveira, comédienne et formatrice, conduira cet atelier:

 une note d’intention, ci-dessous, vous informe du contenu et de l’organisation de ces jours de travail.


 

Lieu :                                 Le Cercle des citoyens,

 7 rue du Maréchal Bosquet

     40 000 Mont-de-Marsan

 

Horaires :                         10h à 13 h et 14h30 à 18h30

 

Tarif :  120 Euros .  Prise en charge possible au titre de la formation professionnelle.

 

Inscription : il vous suffit de faire parvenir un acompte de 30 euros à :

  La scène déménage, Françoise Bourgon, 556 chemin d’Arcet  40500  Montaut                                                                                                                 

 

 Plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter 07 51 05 27 15.

Si vous aviez une impossibilité à cette date, mais que vous souhaitiez rejoindre un autre groupe ultérieurement, merci de bien vouloir nous le signaler, nous vous contacterons de nouveau lors d’une prochaine session.

 

Lecture à haute voix, mode d’emploi 

Nous nous retrouverons pour travailler deux jours ( samedi et dimanche ), chacun

découpé en une séance du matin, et une de l’après-midi : de 10h00 à13h, puis de

14h30 à 18h30.

C’est un travail qui demande une concentration suffisamment intense pour ne

pas enchaîner les heures sans une pause-déjeuner détendue... et substantielle.

Il est possible à chacun d’emmener sur place son repas, ou d’aller se restaurer à

l’extérieur le samedi (le dimanche, les possibilités de restauration en ville sont

minces). Souvent, rester  ensemble nous permet de continuer notre exploration de

façon informelle et plaisante. Mais ce n’est pas une obligation.

Nous ne serons pas plus d’une dizaine : pas trop nombreux pour que le temps soit

laissé à chacun d’explorer sa propre voix, mais suffisamment pour créer la tension

d’écoute, la chambre d’écho d’un auditoire.

Je demande à chacun-e d’amener un texte littéraire de son choix. Nous ne

chercherons pas à comparer l’originalité ou de la subtilité de nos choix. Il s’agit

avant tout pour chacun de pouvoir « s’appuyer » sur un texte avec lequel il se sent

suffisamment d’affinités électives pour tenter de le faire entendre.

Il n’y a donc aucun registre à exclure. Je peux juste vous suggérer d’éviter les

textes très dialogués et le théâtre, en tout cas tout ce qui se rapprocherait d’une

langue très « parlée » qui risquerait de complexifier trop tôt notre approche par des

problématiques d’ interprétation.

Je me charge quant à moi d’amener certains textes qui nous permettront d’une part

d’explorer certaines difficultés techniques, d’autre part de « déplacer » chacun d’un

territoire trop familier.

Nous tenterons ainsi d’explorer comment les liens intimes que nous entretenons

avec notre langue doivent être mêlés à la conscience de son irréductible étrangeté

quand nous tentons de la faire entendre.

J’en profite pour vous dire que toutes nos « particularités » — physiques,

psychiques, langagières —, toutes nos retenues, pudeurs, bref, tout ce qui constitue

la singularité de chacun, recèle précisément nos plus belles capacités d’expression

voire même de séduction. Il ne s’agit pas de trouver une voix « normée », il s’agit de

rendre audible la voix singulière de chacun.

S’il n’existe pas à mon sens de « trucs » — qui deviennent vite des « tics » — il

existe bien un travail du corps et de la voix dans l’espace : on lit aussi avec les

pieds, c’est-à-dire avec la posture, qui détermine le souffle.

L’écoute attentive de ses propres rythmes de respiration et de phrasé, le placement

du corps, du souffle, de la voix : tout cela suppose d’explorer ses propres mesures

(le trop / le pas-assez, le murmure/l’articulation, l’immobilité/ le mouvement, la

proximité / l’éloignement) dans un espace,  et de développer en quelque sorte

l’attention « incarnée » de notre parole au cercle de l’auditoire.

 Mais c’est bien l’exploration orale de la complexité littéraire d’un texte qui nous

permet de travailler à relier sons et sens, exploration langagière et traduction

sensible. Plus un texte est riche de sens, plus son articulation orale déploie nos

ressources d’expression et d’interprétation.

C’est ces aller-retour constants entre sons et sens qui nous déplient et nous

articulent, et nous rendent audibles.

J’espère que ces deux jours permettront à chacun de repartir avec quelques

repères personnels, quelques indices intérieurs, d’entendre quelque chose de sa

propre singularité langagière et de s’ouvrir à cette exploration, si riche de

résonances, que constitue la lecture, à voix haute, d’un texte écrit, à l’attention d’un

autre que soi-même.

Paula de Oliveira.

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
la Scène Déménage
commenter cet article

commentaires

La Scène Déménage ?

Du théâtre professionnel et des lectures de textes littéraires par des compagnies et artistes professionnels dans les salons, cours et jardins de particuliers ou d'institutions choisies dans les Landes ou pas loin...

 

Des ateliers d'initiation à la lecture de textes littéraires à haute voix dans les Landes et à Paris,

 

La production de spectacles dans le cadre de résidences croisant les talents de professionnels engagés dans le projet artistique de l'association...

En savoir plus ?

Demandez le programme !